May. 20, 2020

​​

Le groupe du professeur Mizrahi à BGU a réussi à manipuler le microbiote d'une vache pour la première fois. En apprenant à contrôler le microbiote des vaches, les scientifiques peuvent réduire les émissions de méthane, l'un des gaz à effet de serre les plus nocifs.

professeur Itzhak Mizrah

Les travaux du professeur Itzhak Mizrahi ont été publiés à la fin du mois dernier dans Nature Communications.

Le microbiote contrôle nombreux aspects des systèmes physiques animaux et humains. Les microbes sont présents dès la naissance et produisent un microbiote spécifique qui évolue ensuite avec le temps.

Mizrahi et son groupe ont mené une expérience de trois ans avec un groupe de 50 vaches. Les vaches ont été divisées en deux groupes. Dans un groupe, les naissances étaient naturelles et par césarienne dans l'autre. Cette différence est suffisante pour modifier le développement et la composition du microbiote des vaches de chaque groupe. Cette découverte a entrainé la conception d'un algorithme pour prédire le développement du microbiote en collaboration avec le professeur Eran Halperin de UCLA. Cet algorithme prédira comment les microbiotes évolueront au fil du temps en fonction de leur composition initiale.

« Puisqu'il est possible d'influer le développement du microbiote, nous devrions être capable de modifier la composition du microbiote afin de réduire l'impact environnemental des vaches sur notre planète en réduisant les émissions de méthanes » nous explique le professeur Mizrahi.

Mizrahi a étudié le microbiote de vaches, de poissons et d'autres espèces afin de nous préparer à un monde façonné par le changement climatique. La réduction des émissions de méthane par les vaches contribuera à limiter le réchauffement climatique.

Le professeur Mizrahi est membre du Département des sciences de la vie de la Faculté des sciences naturelles et membre de l'Institut National de Biotechnologie du Néguev (NIBN). Il a récemment obtenu une subvention européenne (ERC consolidator) et une autre de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DIP)

 des vaches