Jun. 16, 2020

Le rat-taupe nu ne vieillit pas et ne tombe pas malade en vieillissant. Les reines se battent à mort pour leurs territoires mais autrement elles pourraient vivre bien plus longtemps. Au moins deux facteurs contribuent à leur longévité : une température corporelle et un taux métabolique bas. 

Pour la première fois, un groupe de recherche de l'Institut de gérontologie de Kiev, dirigé par le professeur Khachik Muradian, et du laboratoire du professeur Vadim Fraifeld pour la biologie du vieillissement à BGU ont réussi à reproduire ces conditions chez des souris de laboratoire. La recherche a des implications passionnantes pour augmenter la longévité et faire face aux principales pathologies chez l'homme. Leurs résultats ont été publiés dans le journal Biogerontology.


Il est déjà connu que la diminution de la température corporelle et de l'activité métabolique augmente la longévité des animaux à sang froid. De plus, quelques animaux à sang chaud parviennent à faire de même : la baleine boréale et le rat-taupe nu. Etudier une baleine en laboratoire est impossible mais ce n'est pas le cas pour le rat-taupe nu. Normalement, des mammifères de taille similaire ont une durée de vie similaire. Cependant, un rat-taupe nu vit environ huit fois plus longtemps qu'une souris. Pourquoi ?

Selon les scientifiques, la longévité du rat-taupe nu s'explique en partie par l'atmosphère de leurs terriers. Leurs terriers sont mal ventilés, ce qui signifie que les niveaux d'oxygène sont faibles et les niveaux de dioxyde de carbone élevés. Cela peut entraîner une diminution de la température corporelle du rat-taupe nu de 3 à 4 degrés par rapport aux souris et ralentir considérablement le métabolisme.

Les chercheurs ont soumis des souris de laboratoire aux mêmes conditions que celles présentes dans les terriers de rats-taupes nus et ont réussi, là où d'autres avant eux avaient échoué.  Ils ont réduit la température corporelle et l'intensité métabolique de la souris pendant des semaines et des mois et non seulement pour quelques jours. En conséquence, les souris ont consommé moins de nourriture, ce qui est l'un des facteurs connus augmentant la longévité.

Au-delà de cette avancée scientifique obtenue par les scientifiques ukrainiens et israéliens, ce travail ouvre des perspectives passionnantes pour la longévité humaine. Par le passé, la Terre a connu des niveaux d'oxygène beaucoup plus bas et des niveaux de dioxyde de carbone plus élevés. Selon les chercheurs « Il y a encore une certaine mémoire dans nos cellules de cette période et il devrait donc être possible à l'avenir d'induire un tel état pendant de plus longues périodes ». De plus, ils pensent qu'un tel état pourrait aider à lutter contre l'épidémie d'obésité, le diabète et peut-être le cancer. 

Cette recherche a été financée en partie par le Fonds à la mémoire du Dr Amir Abramovich.