Apr. 04, 2019

L'utilisation de drones et de véhicules aériens sans pilote (UAV) dans des zones peuplées est souvent un sujet de litige en matière de vie privée, mais il pourrait s'agir également d'armes de cyberattaques, de terrorisme et de criminalité. C'est la conclusion d'une nouvelle étude menée par Fujitsu System Integration Laboratories et l'Université Ben Gourion du Néguev (BGU).

drone

L'étude intitulée "Les défis de la sécurité et de la vie privée à l'ère des drones" a évalué 200 techniques scientifiques et industrielles utilisées pour détecter et désactiver les drones volant dans des zones restreintes ou non délimitées.

Ces techniques comprennent le radar, les scanners RF, les caméras thermiques ainsi que le son. Mais, selon l'étude, le plus gros défi reste celui de déterminer le rôle d'un drone dans une zone non réglementée.

"La technologie de pointe et la baisse des prix des drones les ont rendus accessibles aux particuliers et aux organisations, mais ont créé de nouvelles menaces et provoqué une augmentation des incidents liés aux drones", explique Ben Nassi, chercheur au Centre de recherche en Cyber sécurité à BGU.

"Les forces militaires, les services de police et les gouvernements cherchent à surmonter ces difficultés, car il s'agit d'une menace reconnue pour les infrastructures, les opérations et les personnes."

 Les chercheurs ont démontré que des criminels pouvaient déguiser des cyberattaques en un drone de livraison de pizzas légitime. Ils pourraient cacher le matériel à l'intérieur de la boîte de pizza.

Selon Nassi, "dans une zone non restreinte, nous pensons qu'il existe un fossé scientifique majeur et des risques certains que les terroristes peuvent exploiter pour lancer une cyberattaque. Il est inévitable que les drones se généralisent, mais nous devons reconnaître que la politique de ciel ouvert pose de multiples risques qui ne peuvent pas être résolus en raison d'une lacune scientifique majeure dans ce domaine."

Les chercheurs signalent la nécessité d'enregistrer et d'identifier les drones. "Cela inclut des techniques dédiées à l'authentification des drones et de leurs opérateurs." Aux États-Unis, les drones doivent maintenant être enregistrés.

"Une politique de ciel ouvert permettant aux drones de survoler des zones peuplées pose un défi important en termes de sécurité et de respect de la vie privée au sein de la société", ajoute le professeur Yuval Elovici, directeur de Deutsche Telecom Innovation Labs à BGU.

Dans une étude précédente, les chercheurs ont démontré de nouvelles façons de détecter un drone d'espionnage. Selon eux, plus de moyens permettant de déterminer la nature d'un drone doivent être développés.