Apr. 04, 2019

Lorsque David Ben Gourion a déclaré: «Nous allons faire fleurir le désert», il n'a probablement pas envisagé le Néguev comme un centre d'attraction de l'art israélien. Cependant, au cours de la dernière décennie, l'Université Ben Gourion du Néguev (BGU), à travers son département d'art, s'est efforcée de rendre l'art plus accessible aux habitants du Sud.


Plus récemment, BGU a franchi un pas décisif en inaugurant un sentier de sculptures sur tout le campus, qui comprend des sculptures d'artistes israéliens de différentes périodes et de différents styles artistiques.

L'initiative nommée Sentier de la sculpture a été lancée en 2013 dans le cadre de l'initiative du Professeur Rivka Carmi, présidente de BGU, dans le but d'accroître la présence de l'art dans les espaces publics du campus. Parmi les autres aspects de l'initiative figurent la création d'une galerie d'art de 2 000 mètres carrés destinée à abriter la collection grandissante de l'université, qui sera éventuellement exposée dans un établissement permanent au sein du campus.

Le professeur Haim Maor préside la piste qui comprend des œuvres d'artistes israéliens renommés, tels que Yaakov Dorchin, Sigalit Landau et Israel Hadani.

Pour créer ce sentier, a déclaré Maor, l'école a demandé à des dizaines d'artistes israéliens de soumettre leurs sculptures. Les propositions ont été examinées par un comité de sept personnes de la Faculté des sciences humaines et sociales et du Département des arts. À la fin du processus, dix sculptures ont été sélectionnées. La grande majorité ont été érigées et les autres seront placées prochainement. Toutes les sculptures ont été offertes.

La piste a été inaugurée à la fin du mandat de Carmi et au début du mandat du président dernièrement élu, Daniel Chamovitz. Carmi a confié au magazine qu'elle fut personnellement investie dans la réussite de ce projet au profit des étudiants et de toute la communauté.

«Aujourd'hui, plus que jamais, les sciences humaines et les arts forment la boussole morale de notre société suscitant un débat public qui, presque certainement, ne serait pas possible sans les arts», a-t-elle déclaré. «L'université est un lieu de recherche et d'étude, de curiosité et d'imagination. Elle excelle surtout quand elle est guidée par un esprit créatif et par l'inspiration d'artistes qui nous inspirent. «À BGU, l'art est bien plus qu'une discipline académique», a poursuivi Carmi. «C'est une source de beauté, à la fois sur le campus et pour la communauté de Beer-Sheva au sens large. Cela inspire la créativité, la discussion et le débat. C'est un outil de communication et de rapprochement, qui nous offre un moyen supplémentaire d'impliquer et de servir la communauté."

Elle a rajoute qu'il était impératif que les étudiants se familiarisent avec les sculptures et les artistes israéliens et apprécient l'esthétique.

Maor, lui-même artiste, a reçu l'an dernier le prix Arik Einstein 2018 décerné par le ministère de la Culture et du Sport dans la catégorie arts visuels. Il a déclaré que le sentier présente une exposition intergénérationnelle des plus grands noms de la sculpture israélienne et qu'il espère que le projet continuera à se développer.

Maor a choisi de faire de la périphérie du pays l'arène centrale de son activité au cours des 30 dernières années. Dans son art, il examine la mémoire et l'identité, en tenant compte de l'expérience traumatisante que sa famille a vécue pendant l'Holocauste et en Israël. Un large partie de son travail explore sa propre identité dans divers médias et contextes, au travers d'installations complexes dialoguant avec «d'autres».

«Ma mission principale était de présenter des artistes de la périphérie géographique d'Israël, notamment des artistes bédouins, des artistes religieux et des artistes d'origine sépharade, des sujets qui, selon moi, n'ont pas été traités correctement dans d'autres expositions en Israël», a déclaré Maor.

Il est également directeur et curateur des galeries de l'université et coordinateur de la division des arts créatifs, fondée dans les années 1990. Il existe aujourd'hui trois espaces d'exposition / galeries. L'un, dans la vieille ville de Beer-sheva et les autres, sur le campus, y compris le nouveau sentier.

Maor a décrit l'art à BGU comme «éclectique». Il a, comme Carmi, déclaré qu'il considérait l'art comme fondamental pour l'expérience universitaire.

"L'art et la culture sont des besoins humains fondamentaux qui nourrissent l'âme aux côtés de la nourriture", a-t-il affirmé. "En outre, l'art est un domaine de la connaissance qui dévie de son image de" beau produit "et son importance en tant que champ cognitif est égale aux domaines de la science, de la religion et de la philosophie."

Il a rajouté que l'enseignement de l'art à BGU «exalte son esprit».

«J'ai planté l'amour de l'art et l'outil pour transmettre cet amour aux autres. Dans le domaine de l'art, je sais qu'un certain nombre de jeunes artistes en apprentissage ont reçu leur première formation dans mes cours. C'est réconfortant.»

——————

Écrit par MAAYAN JAFFE-HOFFMAN

Paru sur Jérusalem Post le 29/03/19 lien