Jan. 19, 2020

L'université Ben Gourion du Néguev se souvient du professeur Amos Oz à l'occasion du premier anniversaire de sa mort. Amos Oz a enseigné à BGU pendant plus de 30 ans au sein du département de littérature hébraïque et était titulaire de la chaire Agnon en littérature hébraïque.


 Amos Oz, 20​15

Le département et l'Institut de recherche Heksherim pour la littérature et la culture juive et israélienne ont organisé un événement émouvant en sa mémoire qui comportait une conférence du professeur Yigal Schwartz, un visionnage d'extraits du film de Yair Kedar sur Amos Oz et son œuvre, la lecture d'extraits de l'œuvre autobiographie d'Amos Oz "Une histoire d'amour et de ténèbres", et une exposition photographique d'Irit Eshet-Mor basée sur l'œuvre d'Amos Oz.


 exposition photographique d'Irit Eshet-Mor basée sur l'œuvre d'Amos Oz

 

Amos Oz s'est exprimé à plusieurs reprises sur ses liens avec BGU. Une de ces occasions était après avoir reçu un doctorat honoris causa en 2008 (photo ci-jointe), qu'il décrit comme son plus précieux honneur. « J'ai enseigné dans le département de littérature hébraïque de l'université plus de 20 ans. Cet honneur me touche plus que tout autre que j'ai reçu ", a-t-il déclaré lors de la cérémonie. Lors d'une cérémonie à l'occasion de son départ à la retraite et du lancement de son livre « Judas », Amos Oz a dit « Au fil des ans, j'ai enseigné des dizaines de cours, qui n'étaient pas tant des cours académiques mais des cours de lecture attentive, lecture guidée, lecture en petites bouchées. C'est peut-être ainsi que j'ai réussi à donner un peu le goût pour la littérature à de nombreux étudiants, une passion intérieure pour les livres ».

"Il y a plus de 20 ans, on m'a demandé d'enseigner un cours d'écriture créative, mais j'ai refusé. J'ai expliqué que je ne pouvais pas enseigner aux autres comment créer. J'ai suggéré de changer le nom du cours en "Comment effacer". Peut-être l'effacement littéraire est quelque chose qui peut être enseigné. Mais ils ont refusé. J'ai donc proposé le nom "Comment lire lentement" (contrairement aux cours de lecture accélérée). Encore une fois, ils ont refusé. Finalement, ils ont simplement appelé le cours "le cours d'Amos Oz" s'est souvenu l'auteur.


 Le professeur Yigal Schwartz

Le professeur Yigal Schwartz, un collègue et directeur fondateur de Heksherim a fait l'éloge d'AmosOz « C'était probablement la meilleure personne que je connaissais. Il était incroyablement généreux - la meilleure qualité humaine - et était comme un frère aîné pour moi...Amos Oz était comme un rayon de lumière. A la fois un écrivain et un leader comme nous n'en verrons plus beaucoup… Il avait compris que vous ne pouviez pas répondre à tous nos souhaits en tant qu'État et en tant que peuple, alors il a essayé de trouver un compromis. Il savait écouter. Il ressentait la douleur des autres. Il parlait toujours avec beaucoup d'éloquence comme s'il savait ce qu'il dirait à la fin de sa pensée. Je l'aimais beaucoup. »  

Les archives d'Amos Oz contiennent des milliers de documents dans plus de 40 langues. La collection se compose principalement des écrits d'Amos Oz, y compris des livres, des tribunes, des critiques et des réactions à son travail parus en Israël et dans le monde, des articles de journaux, des bibliographies et plus encore.

L'initiative Amos Oz pour la littérature et la culture à Arad a été rendue possible grâce à un généreux don de Toni Young et Stuart Young (z "l) de Wilmington, Delaware.

Cette initiative pluriannuelle dans la ville où Amos Oz s'est installé renforce l'engagement pour la littérature et la culture pour les communautés du sud d'Israël tout en offrant un forum de discussion et d'apprentissage avec les étudiants et les professeurs.