Jun. 30, 2019

Les professeurs Daniel Chamovitz, président de BGU, Chaim Hames, le recteur, Dana Gavish-Fridman, vice-présidente de l'entrepreneuriat chez BGN Technologies et une vingtaine d'étudiants se sont réunis dans l'auditorium Sara Tadmor de BGU la semaine dernière pour fêter Cactus Capital, le fonds capital risque de l'université, et le premier groupe d'étudiants qui a accompli la formation de trois mois organisée par le fonds.


Le fonds, lancé en décembre 2018 et géré conjointement avec fresh.fund, vise à la fois à offrir aux étudiants un financement initial pour l'innovation et à leur fournir une expérience concrète du processus d'investissement en capital risque.

“Comme dans les sciences, les investisseurs ne connaissent pas les réponses à leurs questions au début d'un projet. Comme mon directeur de thèse me l'a un jour dit : "si on sait où on va, ce n'est pas de la recherche !", s'est souvenu le président Chamovitz. Par définition, « recherche » signifie que vous ne savez pas où le processus va vous mener. Vous devez poser des questions, essayez d'identifier des pistes potentielles pour y répondre, et à un moment donné, vous devez choisir une voie qui vous a été guidée par votre recherche et votre intuition. De bons scientifiques, comme de bons analystes, ont l'intuition pour choisir une voie qui conduit souvent à des résultats percutants".

« Il y a donc d'importantes similitudes entre la recherche scientifique et l'entrepreneuriat, ce qui explique en partie pourquoi Cactus Capital a acquis une présence aussi centrale sur notre campus en seulement six mois. D'un côté, nous avons des étudiants entrepreneurs qui ont confiance en leurs idées et en leur capacité à réussir, d'autre part, nos futurs hommes d'affaires développent un regard critique nécessaire pour évaluer les idées et les étudiants", a commenté le professeur Chamovitz.

Roy Kimchi, directeur général de Cactus Capital, a ajouté que l'intérêt et le dévouement des étudiants de BGU pour l'innovation et les investissements ont fait du premier semestre du programme un succès sans précédent.

« Pour commencer, le fonds a investi 20 000 dollars de subventions dans des projets dirigés par des étudiants, a rappelé Kimchi. Ce n'est que le début : au cours de l'année, nous investirons dans environ 10 autres projets. Par ailleurs, nous avons 150 candidats pour seulement 24 places dans le cours de gestion de Venture-Capital. Les étudiants qui ont finalement été acceptés ont assisté à 12 séances hebdomadaires de trois heures et demie, deux sorties, des devoirs et du matériel de lecture. Aucun n'a abandonné ses études. Ceci illustre la forte demande sur le campus pour une formation professionnelle de haut niveau, ainsi que la capacité des étudiants de BGU à s'accrocher et à travailler d'arrache-pied. Douze d'entre eux joueront un rôle actif dans la gestion du fonds".

"J'appellerais cela une situation gagnant-gagnant", a déclaré Kimchi.