Apr. 08, 2019

Le mois dernier, la première délégation francophone s'est rendue à BGU pour découvrir la manière dont l'agriculture peut se développer n'importe où, et notamment dans des conditions arides.


À l'heure actuelle, le monde entier doit faire face à l'expansion de la désertification et à la nécessité de nourrir une population en pleine croissance. Le domaine de l'agriculture dans le désert offre des solutions permettant la culture de produits agricoles utilisant un minimum de ressources. Par conséquent il suscite un intérêt majeur dans le monde entier parmi les acteurs impliqués dans l'agro-alimentaire, les politiques alimentaires et la durabilité, et pas uniquement dans les zones désertiques.

La délégation a visité des sites et des fermes expérimentales où différentes cultures sont cultivées dans tout le Néguev, de Ramat Negev à l'Arava. Dans les centres agricoles de recherche et développement, ils ont pu observer la manière de cultiver toutes sortes de fruits et de légumes - des concombres aux tomates, en passant par les champignons, les truffes et les framboises - et apprendre comment ce savoir-faire est transmis aux agriculteurs de la région.

« Tout commence par le sol, et lorsque le sol obtient ce dont il a besoin, un écosystème est créé, où tous les éléments se servent les uns des autres », a déclaré Avital Yosef, diplômée d'une maîtrise de l'École International Albert Katz d'Études sur le Désert. Avital, originaire du Nord, a décidé de s'installer avec son époux dans le village isolé de Beer Milka, à la frontière avec l'Égypte, et d'y créer une ferme basée sur l'agriculture bio. Ils y cultivent une variété de légumes, allant des carottes colorées aux pois gourmands.

F2.jpg

La délégation a également dégusté différents vins élaborés à partir de raisins cultivés dans le sol aride de Mitzpe Ramon à l'aide de systèmes avancés d'irrigation et d'ombrage, sous l'étroite supervision du professeur Aaron Fait des Instituts Jacob Blaustein de Sde Boqer spécialisé dans la recherche désertique, afin de permettre aux agriculteurs d'améliorer leurs produits. 

Quelque part parmi les tapis de serres de l'Arava, les membres de la délégation ont découvert la plus petite tomate du monde, disponible à la fois en rouge et en jaune, de la moitié de la taille d'un petit doigt, et ont appris qu'Israël était un important producteur de légumes destinés à l'exportation dans le monde entier. En outre, ils ont pris connaissance de la société Netafim et de la technologie unique qu'elle avait mise au point pour l'irrigation au goutte-à-goutte. La délégation a également visité des champs de jojoba en pleine floraison ​​au beau milieu du désert. 

Ezra Banoun, l'un des membres de la délégation, a écrit : « Merci pour ce voyage qui était parfait, tant au niveau du contenu, de l'organisation que des sites visités. »

Pour résumer : Il est possible de faire de l'agriculture n'importe où et d'utiliser n'importe quel site afin de cultiver plus tout en utilisant moins de ressources– il suffit tout simplement d’utiliser le savoir et la technologie appropriée.​​​