Dec. 30, 2018

​​​

L'université Ben-Gourion du Néguev déplore la mort d'Amos Oz, l'un des auteurs de langue hébraïque les plus influents de l'époque moderne, un professeur émérite du département de littérature hébraïque de BGU et le titulaire de la chaire S.Y. Agnon en littérature hébraïque.


Lors d'une cérémonie conjointe marquant sa retraite de l'Université ainsi que le lancement de son livre, Judas, Oz a déclaré : « Au fil des années, j'ai enseigné des dizaines de cours, qui n'étaient pas autant des cours universitaires qu'ils étaient des cours de lecture attentive, lecture guidée, lecture en petites bouchées. Peut-être de cette façon j'ai réussi à donner à beaucoup d'étudiants un goût pour la littérature, une passion intérieure pour les livres. (Bien sûr) ils sont arrivés ici avec un appétit pour la littérature ; autrement, ils n'y seraient pas venus en premier lieu.

« Il y a plus de 20 ans, on m'a demandé d'enseigner un cours d'écriture créative, mais j'ai refusé. J'ai expliqué que je ne pouvais pas enseigner aux autres comment être créatif. J'ai suggéré de changer le nom du cours à « Comment effacer » : Peut-être que l'effacement littéraire est quelque chose qui peut être enseigné. Mais ils refusèrent. J'ai donc proposé le nom « Comment lire lentement » (contrairement à tous les cours de lecture de vitesse). Encore une fois, ils ont refusé. Finalement, ils ont simplement appelé le cours ' le cours Amos Oz', l'auteur a rappelé ».

La présidente de BGU, Prof. Rivka Carmi, a déclaré : « La chanson d'un illustre écrivain, un homme de courage, est terminée. Nous avons perdu une personne spéciale et un ami bien-aimé ».

Prof. Yigal Schwartz, collègue et directeur fondateur de l'Institut “Heksherim" de recherche sur la littérature et la culture juive et israélienne à BGU a déclaré : « Je connais Amos Oz depuis 30 ans en tant que collègue et rédacteur occasionnel. Il était sans doute le meilleur que je connaissais. Il était incroyablement généreux, probablement le meilleur trait de l'humanité, et il était comme un frère aîné pour moi ».

« Oz était comme un phare de lumière. C'était une rare combinaison d'un écrivain et d'un leader que nous ne verrons plus. Il a été principalement responsable du succès d'aujourd'hui d'Heksherim où se trouve les archives d'Amos Oz. Aux Archives, il y a une carte des pays et des langues où sa littérature a été traduite – partout dans le monde. Il était le meilleur ambassadeur pour Israël, pour le Néguev et pour BGU.

« Il comprenait que nous ne pouvions pas réaliser tous vos souhaits en tant qu'État et en tant que peuple, alors il a essayé de trouver le juste milieu. Il savait écouter. Il sentait la douleur chez les autres. Il parlait toujours avec beaucoup d'éloquence comme s'il savait ce qu'il dirait à la fin de sa pensée. Je l'aimais beaucoup; » Schwartz a ajouté.

Les archives d'Amos Oz contiennent des milliers de documents dans plus de 40 langues. La collection comprend principalement des écrits d'Oz, y compris des livres, des articles d'opinion, des revues et des réactions à son travail qui sont apparus en Israël et dans le monde entier, des articles de journaux, des recherches et des revues, des bibliographies, des informations générales et plus encore.


En 2008, Oz a reçu un doctorat honoris causa de l'Université, qu'il a qualifié d' « honneur le plus précieux ». « J'enseigne à cette université, au département de littérature hébraïque, depuis plus de 20 ans.  C'est donc vraiment un honneur familial. Il ne fait aucun doute que je suis plus ému par cet honneur que tout autre que j'ai reçu », a-t-il déclaré lors de la cérémonie de remise des prix.


​​